sangd.fr

blog/index.html

Êtes-vous prêt à afficher le format le plus récent pour les petites entreprises de jeux vidéo en ligne ? Il est maintenant beaucoup plus facile d’obtenir des paris et de participer aux meilleurs jeux de hasard. En utilisant ce type de https://vogueplay.com/online-casinos/ flambant neuf, vous serez également surpris de la bonne manière excitante et exaltante que cela pourrait être ! Particulièrement pourquoi faire une pause et rechercher tout ce que vous possédez déjà trouvé, regardez les https://mucha-mayana-slots.com/iron-man-gra/ et découvrez ce genre de sentiments pour vous-même. Ici, vous noterez les activités préférées comme le Texas Holdem, le vingt et un et bien d’autres. L’excitation et le risque seront le point que les héros sérieux apprécient, principalement parce qu’au cours de 5 minutes, vous pourriez changer votre expérience de vie et être un champion et un succès! De plus, certains attendent incertain dans le online live casino bonus, faites un changement et ayez le meilleur entre vos mains. Naturellement, les personnes simplement héroïques et sûres d’elles obtiennent les choses dont elles sont dignes sans passer plusieurs mois à accomplir une gestion inintéressante au bureau ! sanG d’Encre – Revue mensuelle, images, chroniques, prose, cinéma et autres

Sang d’Encre
www.sangd.fr
 
Logo Sang d'Encre
 
Qui sommes nous ?

une revue

des éditions

des événements

des auteurs




rectangle Vous aimez tenter votre probability ? Allez sur notre website Web et jouez a free spins no deposit no wager 2021. Enlargement des likelihood delaware gagner !

Blog de Sang d’Encre


Le journal… de l’intérieur : 109, Jour J+2
Belle soirée de parution au Nabu, p’tit bar à vin pas imbu où il fait bon y être bu ! Et les belles soirées ne pouvant se terminer trop abruptement, nous avons décidé, comme je le disais hier, de finir ensemble (tous ensemble, tous ensemble, ouais ! ouais !) chez notre ami le Trésorier.
L’équipe s’est un peu scindée au sortir du Nabu, mais les histoires personnelles de chacun font parfois que le collectif doit composer et se recomposer au fil des aléas de la vie. Sang d’Encre ne se débrouille pas si mal. Malgré les deuils, les naissances, les divorces, le collectif ne se dessoude pas. Faut dire que Sang d’Encre ne manque pas d’entêtés…
Sommes pas partis les mains vides du Nabu, avons prévu quelques ampoules de réserve pour ne pas tomber à sec en pleine euphorie de parution ! Deux bonnes bouteilles de blanc et deux de rouge pour contenter tout un chacun. En sachant que la jolie jeune femme bien ronde de vie est avec nous, c’est pas elle qui nous piquera notre ration ! Normalement devrait y avoir assez. La jolie jeune femme bien ronde s’est chargée des empañadas, et elle a eu les yeux aussi gros que son bidon ! Donc de ce côté-là on n’a pas manqué non plus.
Mary Poppins voulait s’éclipser, mais nous avons réussi à la convaincre de rester et c’est tant mieux.
Pedroropode veut changer de sexe. Il en a marre d’être une fille. Serait-il moins courageux qu’il n’y paraît ??
Les 2 chasseurs sont assis l’un à côté, au plus près d’une jeune femme fort sympathique qui nous a accompagnés dans la poursuite de cette soirée.

V – 28 février 2010

Le journal… de l’intérieur : 109, Jour J
Nous sommes restés tranquilles toute la journée.
Surtout ne pas ajouter de tension. La famille en a l’habitude. Même si parfois elle ne sait pas faire. Un p’tit tour en trottinette, un peu de devoirs, et prêter également une grande attention à lui qui ce soir doit se mettre en scène. Il fait quelques essais et demande des derniers conseils. Comme toujours, j’ai confiance. Peut-être est-ce un défaut de l’amour ?  Les préparations se font. Enveloppes pour
·       les abonnés :
Þ    ceux qui viennent le chercher ou sont livrés
Þ    les envois postaux
·       les librairies
·       les auteurs.

L’organisation se met en place, le salarié fait son boulot, le trésorier le sait depuis toujours, mais il faut le rassurer. Il veut simplement savoir combien coûtera ce salarié à l’association.
18h15, à peu près, nous arrivons au petit bistrot où doit avoir lieu la soirée de parution. M’dame Zaza arrive en même temps que nous. Le bistrot est noir. Il sera bientôt également noir de monde. Les vieux de la vieille sont présents. Le trésorier et lui devront se faire une place Le bistrotier est à fond. Sa fiancée fait la fine gueule face à nos photographes. M’dame Zaza me parle de face book, elle a bossé dessus. Tant mieux, lui et moi n’y comprenons rien. Il paraît que ça doit exister. Que tous ces artifices de la communication doivent être mis en place. So, let’s go !!
 
A un moment, je n’aurais plus la notion de l’heure, mais le trésorier démarre, comme il dit c’est l’artificier… Il m’épate, il a une capacité à s’adapter aux circonstances et donc d’introduire que lui n’a pas. Les vieux l’accompagnent à la guitare, Le trésorier ne se démonte pas, il dit son texte en russe en chantant.
Pendant ce temps, il boit du blanc, l’équipe est arrivée et d’autres aussi. Il démarre sur les chapeaux de roue, “de l’espace vital” demande-t-il, enfin, crie-t-il. Au contraire du Trésorier, il demande au vieux de ne pas jouer de la guitare. Il s’impose et ne compose pas. C’est ce que j’aime. Cette intransigeance, dans ce monde si consensuellement mou !!
C’est noir de monde et nous ne pouvons terminer comme ça, nous quitter si rapidement.
L’équipe resserrée décide d’aller manger des empanadas chez le trésorier.
Nous voilà ensemble, encore une fois. Et c’est tant mieux. L’amitié se construit aussi au fil des projets.
Mais il va me falloir présenter chaque membre de cette aventure humaine et là la tâche d’un coup devient ardu.
V – 26 février 2010

Le journal… de l’intérieur : 109, Jour J
Prendra-t-il le pupitre ou non pour la soirée de parution ?
Il dit qu’il  n’est pas en canne.
Nous avons vu le 109, malgré quelques défauts par manque de relecture, il y a de très beaux travaux. Le journal prend un nouveau souffle depuis le 100.
L’heure approche du moment du k-barré, la tension monte.
A la maison, nous restons peinards. Le petit bouquine un Spirou, le grand se repose. Surtout être tranquille dans ces moments-là, ne pas ajouter de tension.
Il a le nez bouché, cela ne lui plaît pas. C’est pas bon, dit-il.
De la poésie au nez bouché, une stratégie à inventer. J’ai confiance
V – 26 février 2010
Le journal… de l’intérieur : 110, jour 1
14h, il se dit de ne pas rêver, que chez Compère ce sera encore l’hiver, aussi, prévoir le bonnet, le gilet sans manche polaire, bref se parer à des conditions rustiques loin de tout confort d’une salle de rédaction moderne d’une revue.
Le 110 a un délai court de conception, il doit être imprimé, façonné, livré le 26 mars. Un mois pour le concevoir et le fabriquer. Il va falloir aller vite. Les idées sont déjà en place. Il ne dit rien, mais je le sais. Il a beaucoup travaillé en amont sur le lien avec des auteurs.

Le trésorier a appelé. Il faut le rassurer. Il s’inquiète des charges patronales, voudrait connaître le montant exact.

Il est revenu de chez Compère. Le 109 est prêt, il ira le chercher demain matin.
V – 25 février 2010

Le journal… de l’intérieur : 109, jour J ou J – 1 ?
Premier appel à l’imprimerie, fin de matinée. La secrétaire lui répond d’appeler à nouveau à partir de 13h30. La revue serait au façonnage.
Deuxième appel à l’imprimerie, 13h45. Elle ne sait rien. Elle est toujours au façonnage. Elle ne sait pas combien de temps cela va durer. Il faut rappeler à 17h.
Malgré le rhume (qui va beaucoup mieux), il garde sa bonne humeur. Découvre que l’imprimerie s’est tendu, jusqu’au bout on ne sait si on aura l’objet à temps ou non.
V – 25 février 2010

Voeux
Par les temps qui courent, il est de plus en plus difficile d’envoyer ses voeux sans une ironie certaine. Quoiqu’il en soit, l’équipe de sang d’encre vous souhaite une bonne année, qu’elle vous garde en pleine forme au vu du ménage qu’il reste à faire !
LS – 16 janvier 2010

Pour vivre heureux vivons casqués
Mi novembre nous étions sur le salon du livre Toulousain “vivons livres” organisé par le centre régional des lettres de Midi-Pyrénées. Quelques images de cet événement sont disponibes sur le site ici.
DP – 2 décembre 2009

Vignettes
Merci à Pedro qui nous offre un nouveau jeu de vignettes pour le site.

Souvenez-vous de la règle du jeu : changer les vignettes aussi souvent que possible. Les auteurs participant aux activités de Sang d’Encre sont invités à soumettre leur série de 20 vignettes. Pour simplifier mon travail de mise en ligne, et pour être sûr de la qualité des images mises en ligne, pensez à faire 20 images au format JPG de la taille suivante : 158 pixels de large, 160 de haut. Idéaiement vos images doivent être nommées de 01.jpg à 20.jpg. À vous de jouer !
DP – 12 novembre 2009

Là où je suis je suis déjà
Merci à Christian Bernard pour le Printemps de Septembre de cette année. Le programme était de grande qualité jusque dans les détails. Les commentateurs officiels en ont conté les grandes lignes, ont débattu des œuvres majeures et des installations osées. Quant à moi je me contenterai de parler d’une seule exposition et même d’une seule œuvre. Elle parle pour toutes les autres. À « Ombres Blanches » dans l’exposition « Inimprimés », on trouve un cahier de Robert Droguet ouvert à la page du 8 février 1988. Un choix intéressant graphiquement mais aussi pour le contenu. Il se trouve que j’habite au dessus de la librairie et je peux voir ce cahier de Robert Droguet depuis ma fenêtre, à travers la verrière.

Inversement, le cahier de Robert Droguet, ou plutôt la page du 8 février 1988, regarde les fenêtres de mon salon.

Deux couches de verre, cinq mètres d’air, vingt et un an, huit mois et neuf jours nous séparent et nous rapprochent.
Le 8 février 1988 Robert Droguet a noté peu de choses mais a collé quelques bouts de papier. Il a entre autre collé un bout de programme télé. Plus précisément le programme du début de soirée d’Antenne 2. Il y a souligné au Bic rouge le nom du téléfilm de 20h30. Le 8 février 1988 c’était les vacances scolaires en région parisienne et j’étais devant un écran de télé à attendre 20h30. J’avais mes raisons, il avait les siennes sans doute. Je ne connais que les miennes. Mais je vais aussi vous révéler les raisons qui ont conduit Christian Bernard (ou tout autre membre de son équipe en charge de choisir une page du cahier de Robert Droguet) à ouvrir le cahier à cette date du 8 février 1988, une date parmi toutes celles qui vont du 1er Janvier 1988 au 11 mai 1988 :

Hiatus spatio-temporel ? En tous les cas, même si Christian Bernard affirme que « là où je vais je suis déjà » ou encore « là où je suis n’existe pas », j’ai la preuve que « là où je suis je suis déjà » !   
DP – 17 octobre 2009

Vignettes
Nouveauté du site : les vignettes. Ce sont ces petites images qui parsèment  le site, une par page. Par égocentrisme, j’ai commencé avec une série personnelle.

Mais la règle du jeu est d’en changer aussi souvent que possible. Les auteurs participant aux activités de Sang d’Encre sont invités à soumettre leur série de 20 vignettes. Pour simplifier mon travail de mise en ligne, et pour être sûr de la qualité des images mises en ligne, pensez à faire 20 images au format JPG de la taille suivante : 158 pixels de large, 160 de haut. À vos bécanes !
DP – 17 octobre 2009

Ébauche
Un de mes job à Sang d’Encre c’est de faire des propositions pour le site Web. Pas simple. La proposition du jour c’est ce format de blog. C’est un format temporaire, une ébauche. On verra bien comment les autres s’en empareront.
DP – 12 octobre 2009

rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
rectangle
contacts ptitesgouttes blog plan du site

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *